On the road again ...

home

Calendrier
<Septembre 2017>
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30
home
 ... de Paris à Reykjavyk ... à vélo ................
home
 
2009-08-28 - Reviendu
 

4600 km au compteur. Après un petit tour à Berlin et Dresde, me voici de retour à Paris. Le voyage fut simplement exceptionnel ...

Gary GABRIEL.


ajouter un commentaire - commentaires(4)  
2009-08-08 - Un dessin en plus.
 

A ... CopenHague. Il y fait un grand soleil depuis quelques jours. Probablement la ville la plus agréable et dynamique depuis le début du voyage. J'en profite pour me laisser aller à quelques coups de crayons.

Ça m'a même donné une idée de BD.

Gary

 
 

ajouter un commentaire - commentaires(4)  
2009-08-04 - Un dessin pour Siri ...
 

Petit retour sur mes deux jours à Seydisfjordur (cf article : Le front de l'Est).

La bas j'ai passé des heures dans un café nommé le Skaftfell. L'originalité de ce café est qu'on peu y dessiner sur les tables. Une des serveuses. nommée Siri a apprécié mes dessins, notammenet celui d'une elfe, que j'ai donné à quelqu'un.

Dans la nuit j'ai recroisé Siri. Elle m'a demandé de lui faire un dessin, et de le lui envoyer par la poste si jamais je n'ai pas le temps de le faire au café.

Dans l'avion vers CopenHague, j'ai enfin eu le temps de faire un brouillon puis une version plus propre aujourd'hui à Copenhague.

J'espère que ca lui plaira !

Gary.

 
 

ajouter un commentaire - commentaires(0)  
2009-08-01 - La boucle est bouclée
 

Et voila je suis arrivé à Reykjavik ! J'ai encore 50 km à faire jusqu’à l’aéroport, mais c'est, j’espère, un détail. J'ai été avare en photos ces derniers temps car les cybercafés ne sont pas légions en Islande, il a donc fallu que j'atteigne Reykjavik pour pouvoir vous montrer les photos ci-dessous.

J’espère que vous les aimerez. Ces 4 semaines en Islande furent riches en aventure. En un mot: ÉNORME. Tant du point de vue des paysages que du défi sportif que cela représente.

Je retourne à Copenhague le 2 Août. J'irai ensuite faire un tour en Allemagne, du cote de Berlin et Dresde, avant de rentrer sur Paris, en train ( hey oh je le mérite quand même !!!) le 21 Août.

Gary.


ajouter un commentaire - commentaires(4)  
2009-07-28 - Vaincre la F35 ... et la tempête - Part 2
 

... Effectivement la piste devient plus que mauvaise 15 km avant Hveravellir (site géologique, cible du jour).
Je mets presque 3h pour faire ces quelques kilomètres. Je pose ma tente pour 2 nuits à Hveravellir, le temps de prendre un peu de repos avant d'attaquer les 80 km de piste restants. Jean-Mi, Sue, Chris et Pauline atteindront le site le lendemain.

Matinée du 27 juillet, 6h30, les parois de ma tente viennent me caresser les jambes ! Mais-que-se-passe-t-il ? Ça souffle dehors, et plutôt très fort !! Ma tente est complètement pliée et je dois sortir pour retendre les tendeurs, mais rien n'y fait, le vent est plus fort, ou la tente est pourrie (les autres tentes alentours résistant bien mieux, je penche pour la deuxième hypothèse). J'attends que le vent se calme pour pouvoir poursuivre mon périple, en vain.

Le vent souffle dans la bonne direction, je décide finalement d'en profiter pour littéralement mettre les voiles, vers 14h. La voile, c'est moi !! J'atteins 30 km/h sans même avoir besoin de pédaler. A ce rythme, la, j'aurai quitté la piste en moins de 6 heures, sauf crevaison mais ce serait quand même la poisse une crevaison pile-poil pendant la tempête hein, haha ... Et là, c'est le drame : PSCHHHHTTTTTT.

Une crevaison sur la roue arrière au pire moment, il commence à faire froid (3 degrés max. La piste est entre 2 glaciers), ça vente et je n'arrive pas à localiser le trou dans la chambre à air à cause du bruit environnant. Après une bonne demi-heure à essayer de réparer, je préfère poser la tente pour me réchauffer et attendre le lendemain. Monter sa tente sous un vent fort n'est pas très agréable, pas plus que la voir bouger toute la nuit avec l'angoisse qu'elle ne se déchire.

Le lendemain 8h30, le vent souffle toujours. Je répare la chambre à air sous la tente, à l'abri du vent, et repars vers 10h00. Le vent m'aide à parcourir les 20 km de mauvaise piste avant d'atteindre ... LE BITUME !!! Je me retourne en insultant gentiment les cailloux désormais derrière moi !

Je passe par les sites touristiques de Gulfoss (chutes d'eau) et Geysir (ben, geyser quoi) et termine au camping de Laungarvatn. Il est 15h30. Le vent est tombé. J'apprendrai plus tard qu'il y a également eu une tempête de sable à Laundmannalaugar.

Gary.

 


 
     
      
      
      
   

ajouter un commentaire - commentaires(1)  
2009-07-26 - Vaincre la F35 ... et la tempête
 

Il me tarde d'attaquer la piste F35, également appelée Kjolur. C'est celle qui traverse l’intérieur du pays et me ramènera vers Reykjavik. Stefan et moi quittons Akureyri le matin du 25 Juillet. Encore une fois un vent terrible nous gêne dans notre progression. On mettra des heures à atteindre Varmalhid, une centaine de km plus loin. Là-bas, je retrouve Pauline et Chris et leur vélos couchés. On partage une table de fast-food avec Joey et Jochen, 2 allemands et aussi Rebecca, une suisse-allemande qui voyage seule à vélo. Ce jour, elle s'est tapée le même trajet que nous, vent de face. Elle semble sacrément forte dans sa tête, sportive, en plus d’être intelligente (études de médecine) et mignonne. The perfect girl ?

Le lendemain, je fais mes au revoirs à Stefan qui ne souhaite pas faire cette piste, et j'entame la fameuse Kjolur quelques 25 km plus loin.

Quoi, c'est ça la piste F35 ? Tu parles, c'est presque aussi plat que du bitume !! Piece of cake, finger in da nose, les yeux fermés, sans les mains !!

Effectivement, pendant une soixantaine de kilomètres c’était plutôt facile, vent dans le dos, piste plate. Je croise Chris et Pauline à vélo couché et "Jean-Michel" AKA "Jean-Mi" et sa so-british femme Sue. Ces deux derniers ont déjà fait la F35 et me disent que dans quelques kilomètres, elle devient mauvaise ....... très mauvaise ... MUAHAHAHAHA (rire du diable sur fond d’éclairs). ....

A suivre.

Gary.


ajouter un commentaire - commentaires(0)  
2009-07-24 - Myvatn et Akureyri
 

Bien, j'ai fait la moitié du trajet, j'ai 12 jours pour rejoindre Reykjavik. Je poursuis vers Myvatn, un lac entouré de curiosité géologiques : fumerolles, champs de lave, eau sulfurée bouillante. Sur un site de camping, je rencontre Stefan, un allemand qui a eu l'audace d'aller sur le volcan Askja à vélo ... personnellement j'y ai renoncé par manque de temps. Une autre fois peut-être.

Étant donné que nous allons tous les deux vers Myvatn, nous décidons de faire la route ensemble, et bien nous a pris. Un effet, un violent vent de face met nos cuisses à rude épreuve, mais à deux il est plus facile de faire face. On se relaie toutes les 2 ou 3 minutes en tête du "peloton".

Arrivés au début du chemin de 28 km qui mène aux chute de Dettifoss, les plus grandes d'Europe, Stefan renonce, encore traumatisé par les 2 jours de pistes chaotiques qu'il a affrontées la veille et fonce directement vers MyVatn.

Je mettrai 3h à atteindre les chutes, mais ça valait le coup ! Les chutes d'eau sont gigantesques et font le bruit d'une fusée au décollage. MONSTRUEUX !

Je reviens sur la route principale 2h30 plus tard et fonce direction MyVatn, que j'atteins vers minuit. La réputation des lieux n'est pas surfaite, on est vraiment sur une autre planète, une planète rouge telle Mars, jaune souffre tel Io (satellite de Jupiter, probablement ce qui s'en approche le plus en terme de couleur "sulfurées"). Il y a également un "Blue Lagoon" local. Toujours agréable.

2 jours plus tard, me voilà a Akureyri, deuxième ville d'Islande. L'arrivée sur la ville située dans un Fjord, au crépuscule était magnifique. J'y retrouve Stefan pour une dégustation de glace en compagnie de deux autres voyageurs. Sympa.


Gary.

 

 
     
      
      
      
      
      
 

ajouter un commentaire - commentaires(0)  
2009-07-19 - Sur le front de l'Est - Egilstadir, Seydisfjordur....
 

Mein General. stop.

Sommes sur Le front de l'Est. Combats contre les troupes sovieto-météorologiques intenses. stop.

Nos troupes ont voulu prendre d'assaut une colline pour rejoindre Egilstadir. stop.
Avons du marcher 9 km pour atteindre le sommet. Pertes (en calories)effroyables. stop.
Avons eu droit un déluge de grêle et du brouillard. stop.
Avons été encerclés en haut de la colline. Visibilité 50m max. stop.
Température très basse, avons du enfiler 2 paires de chaussettes sur nos mains en plus de nos gants. stop.
Avons rejoint le terrain de camping à 3h du matin après avoir roulé 310 km en 2 jours. stop.
Le Corps refuse de poursuivre le combat et bat en retraite vers Seydisfjordur. stop.

Festival attendu à Seydisfjordur en l'honneur de nos troupes. Les citoyens appellent ça: la LUNGA. stop.

2 jours de repos avant de retourner au front vers, l'Ouest. stop.

Fin de transmission.

Herr Colonel.

Gary.

 

 
     
      
      
      
      
     

ajouter un commentaire - commentaires(2)  
2009-07-16 - Meme pas froid !
 

Apres 12 jours de velo à travers des paysages lunaires, j´ai le plaisir de vous annoncer que je suis toujours vivant !

J´ai pris des centaines de photos, hélas l´ordinateur que je viens de trouver est un macintosh et je ne sais pas très bien m´en servir.... j´attendrai de trouver un ordi sous Windows !!

Gary.

 
Meme pas froid !! 

ajouter un commentaire - commentaires(4)  
2009-07-12 - En route vers les glaciers ...
 

Me revoilà sur le bitume de la route 1. Elle est moins fréquentée car je suis désormais assez loin de Reykjavik. La cible du jour, Vik y Mirdal, petit village aux falaises photogéniques et aux nombreux oiseaux.

Le lendemain, je mets le cap vers Kirkjubaejarlaustur (à tes souhaits !) distant de 72 km, mais qui en paraissent 150 tellement le vent de face est fort. Là, je rencontre 2 belges qui voyagent à vélo couché et qui discutent avec Bernard et Yvelise, le couple de français rencontré quelques jours avant. Ils nous parlent de leur voyage au Maroc. Je lui conseil la Chine comme prochaine destination. Et il en a envie...

Le jour suivant, direction Jokulsarlon, un lac dans lequel le Vatnajokull, plus grand glacier d'Europe, déverse ses Icebergs qui flottent à la surface. Le soleil est bas sur l'Horizon ... Magnifique.

Gary.

 
     
      
      
      
     

ajouter un commentaire - commentaires(1)  
2009-07-09 - Tours de piste
 

La voilà ... la F225 qui mène à Landmannalaugar ... mon premier defi. De la piste, rien d'autre. Heureusement, du beau temps, très beau.

Rouler sur de la piste, c'est sportif. On est souvent crispé sur le guidon car il faut le tenir bien fermement, éviter les chutes lorsqu'on roule sur le sable. J'ai mis 8h à faire 90 km. J'ai même croisé Unnar en Quad de retour d'excursion. Cette fois-ci les adieux sont définitifs. Sur la F225, j'ai droit à mon premier passage de gué : traverser une rivière, les pieds dans l'eau, profonde 10 à 40 cm, puis une autre jusqu'au site de Landmannalaugar ... bondé. Nombreuses tentes, nombreux randonneurs. Forcément, les paysages sont magnifiques...

Je n'aime pas trop la foule alors je repars dès le lendemain, par la F208, une autre piste, un chouia plus difficile. En effet, il y a au moins 12 rivières à traverser. Elles s’enchaînent à tel point qu'on renonce à remettre ses chaussures après en avoir traversé une.

En chemin, je croise un couple de jeunes allemands de 20 ans (!) à vélo, et des touristes français en bus qui me posent pleins de questions. Et pourtant, je suis loin d’être le seul cycliste en Islande. J'ai en effet croisé à nouveau Bernard et Ivelyse, ainsi que de nombreux autres cyclotouristes, et d'autres à venir. L'Islande est parfaite pour cela. Paysages somptueux, défi personnel ...

Je quitte la 208 une dizaine d'heures et 2 crevaisons plus tard. Et oui, les roches ont mis mes roues à rude épreuve, mais globalement, tout tient bon. J'ai désormais un glacier sur mon horizon ... ENORME.

Gary.

 
     
      
      
      
      
      
      
 

ajouter un commentaire - commentaires(1)  
2009-07-08 - My Undermind
 

Mercredi 08 Juillet. Me voilà reposé et lavé. Je regarde ma carte pour constater que je peux rejoindre la route 26 puis la F225 vers Landmannalaugar sans avoir à rebrousser chemin. Voila une bonne nouvelle. Je fais mes bagages, puis je commence à discuter avec Unnar, qui me dit que l'endroit ou je suis est le plus beau d'Islande. Ah bon ? Bon Ok il y a le Volcan Hekla au loin et le temps est splendide mais quoi d'autre.

- Unnar : Des chutes d'eau, des endroits très jolis.
- Gary : Tu peux me montrer sur la carte ?
- Unnar: Oui ... mm, voyons, ta carte n'est pas assez précise, c'est dur à expliquer. Je vais chercher une carte plus précise.
[Quelques minutes plus tard]
- Unnar: Si tu veux, je pars guider un groupe de 6 touristes, en Quad, tu peux venir avec nous, ce sera plus simple.
- Gary: Euh, je sais pas conduire un Quad.
- Unnar: Tu montes derrière moi.
- Gary: Ca dure combien de temps ?
- Unnar: 5 ou 6h.
- Gary: Let's go !!!

Et c'est parti pour 6 heures de Quad peinard en siège passager ! Unnar, c'est l'islandais comme on aimerait en voir plus souvent. LA VIE incarnée. Cet homme est émerveillé par un simple oiseau qui vole, des chevaux qui passent, une fleur qui pousse. Des choses de son quotidien qu'il semble pourtant découvrir à chaque instant ! Amoureux de sa terre.

Il me donne quelques tuyaux, me dis que je n'ai pas besoin de prendre trop d'eau avec moi car 95% de l'eau minérale est potable, comment faire du thé avec quelles fleurs, m'assure que la F225 à vélo, c'est faisable, etc ...

Il nous emmène à une piscine isolée en plein air, avec une réceptionniste en bikini, à tom-ber. Bon, je m'égare ... Revenons sur nos Quads !

On traverse des rivières, on se rend près de la deuxième plus haute chute d'eau d'Islande (qui ne figure même pas dans mon "guide du routard"), et on va voir d'autres anciennes fermes que j'avais renoncé à aller voir la veille, sur mon vélo.
C'est la qu'Unnar me parle de mon "Undermind", mon subconscient. D'après lui, si je ne suis pas allé visiter ces autres fermes la veille, c'est parce que mon subconscient savait que j'y reviendrais le lendemain, en Quad. Intéressant !! Est-ce également mon subconscient qui m'a fait prendre la route 32 au lieu de la route 26 ?? L'explication me plaît !

Sur le chemin du retour, je demande à Unnar combien ont payé les autres touristes pour cette virée. Réponse : 15000 Couronnes (100 euros).
Enfin revenus, je demande à Unnar si je lui dois quelque chose pour cette journée en Quad.

- Unnar: hein ?
- Gary: tu sais, est-ce que je te dois de l'argent ou quelque chose ?
- Unnar: Ah non non, je t'ai vu, je t'ai proposé, c'est tout ...

Bien, 6h de Quad gratis avec l'Islandais le plus souriant que j'ai vu, et qui m'offre ma photo en format A4 avec la chute d'eau en fond ! Énorme.

Merci mon "Undermind".

Je lui laisse un mot sympa sur le "guestbook" de l'auberge. Mot qu'il apprécie et m'offre ensuite de manger en plein air avec son fils de 12 ans et lui. J'accepte volontier ! Après le repas, il m'offre le reste de riz pour mon trajet du lendemain, sur la F225 vers Laundmannalaugar.

De plus, le matelas gonflable que j'ai acheté en Allemagne est défectueux : une grosse bulle d'air s'est formée sous le revêtement plastique. Unnar me prête un matelas pour la nuit et me l'aurait même donné mais il est trop gros pour mon vélo.

Le lendemain matin, Unnar s'est absenté pour guider d'autres personnes en Quad. Je laisse un mot d'au-revoir et de remerciements sur une carte postale que j'avais achetée en Picardie et que j'avais conservée, enfin, que mon subconscient m'avait fait conserver pour la donner à Unnar quelques semaines après car mon subconscient savait que ...

Gary.

 
     
      

ajouter un commentaire - commentaires(0)  
2009-07-07 - 32, V'la Unnar !!!
 

J'espère que l'eau du Blue Lagoon a bien les vertues qu'on lui prête. J'ai besoin d’être en forme pour mon prochain objectif : Laundmanalaugar. Un site volcanique et montagneux, au mille couleurs. Un des sites les plus prisés des randonneurs et des cyclotouristes. Un seul problème, l'accès se fait via une piste, la F225 (tous les noms de piste commencent par F). Par piste, comprenez : pas de bitume, des cailloux, du sable ou de la "tôle ondulée" en guise de sol et la poussière des 4x4 qui te doublent.

Mais d'ici à ce que j'arrive à la piste, J'ai une centaine de km à faire sur la route 1 (celle qui fait le tour du pays) et la route 32. La route 1 me donne la chaire de poule. Le trafic est intense et les voitures, énormes et rapides. Ce lundi-là j'ai dormi à Selfoss.

Je commence à avoir un aperçu de la société Islandaise. Un peu décevant. En résumé : 4x4 et Fast-Food. Ces derniers pullulent dans le pays, c'est du jamais vu ! Et ça se ressent sur la silhouette des islandais. Je ne sais pas si c'est la nourriture ou la crise économique, mais ils ne sont pas très souriants. Bref, avec la grisaille ambiante, ces premiers jours s'avèrent peu chaleureux. Heureusement, il y a ...

... il y a la route 32, que je crois être en direction de Laundmannalaugar. GARY, REGARDE LA CARTE DE PLUS PRES : ça fait 50 km que tu roules sur la mauvaise route, il fallait prendre la route 26 !! Il est déjà tard, je bifurque sur une piste perpendiculaire à la route, le temps d'aller voir une ancienne ferme reconstituée et m’arrête sur un camping le long de la route 32 quelques km plus loin. On verra demain pour la 26. Le gérant du camping m’accueille avec un vrai sourire qui fait bien plaisir. Il s'appelle Unnar.

A suivre ..

Gary.

 
     
    

ajouter un commentaire - commentaires(0)  
2009-07-05 - Mars ou la Lune - premieres visions de l'Islande.
 

Je suis arrivé en Islande la veille, un samedi 4 juillet, pour mon 29eme anniversaire. Ce dimanche 5 juillet, c'est en compagnie de Dave, 31 ans, un canadien anglophone, que j'enfourche mon vélo pour commencer l'exploration de cette "Terre des glaces". Notre objectif, le Blue Lagoon, une piscine à ciel ouvert dont l'eau naturellement chaude et laiteuse aurait des vertues thérapeutiques.

Il pleut ce dimanche matin à Keflavik, la ville proche de l’aéroport. Les premiers paysages que nous voyons nous fascinent. Champs de lave couverts de mousse, fumerolles au loin. L'Islande est une terre active, et pour cause, elle est située au point de rencontre de deux plaques tectoniques, L'Eurasiatique et la Nord-Americaine. De nombreuses centrales géothermiques exploitent la chaleur du sol pour la transformer en électricité.

De l’énergie, c'est ce qu'il manque à Dave. 5 mois que ce facteur n'a pas fait de vélo, et il transporte une sitar sur sa remorque en plus ! Il se sent trop faible pour aller jusqu'au Blue Lagoon et me laisse poursuivre seul mon périple (J'ai déjà 5 semaines dans les cuisses).

Quelques kilomètres plus loin, j'atteins le fameux lagon bleu et rencontre 2 français à vélo que j'avais déjà vu la veille, à Keflavik, Bernard et Ivelyse. Nous routes se croiseront plusieurs fois les semaines suivantes.

J'enfile le maillot de bain (après m’être savonné tout nu auparavant - oui c'est obligatoire de se savonner intégralement dans les vestiaires avant d'aller nager, dans TOUTES les piscines Islandaises).

En fin de journée, je rejoins le camping d'Hafnafjordur distant d'une cinquantaine de km pour y passer la nuit .. enfin, la nuit claire : il n'y a pas de nuit l’été en Islande. On y voit comme le jour. C'est bien un autre monde !

Gary.

 
  

ajouter un commentaire - commentaires(0)  
2009-07-04 - Ice Ice Baby ...
 

Et voilà, je viens d'arriver au pays des glaces !!

Juste une petite photo prise d'avion, je dois préparer le reste de mon séjour pour 4 semaines d'aventures !

Gary.

 
 

ajouter un commentaire - commentaires(7)  
2009-07-03 - viendez tous nager a Copenhague !
 

A Copenhague, j'en ai profité pour me relaxer. Et se relaxer à Copenhague, c'est nager dans la rivière qui traverse la ville ! La mairie a aménagé une sorte de Copenhague-plage, et même qu'on peut nager ! Imaginez Paris-Plage avec séance baignade dans la Seine ... beurk, vous vous transformer en X-Men .... Mais ici, point de danger, l'eau est contrôlée. Et il faisait tellement chaud ces jours-ci au Danemark que j'y suis allé 3 fois en 2 jours. Un vrai plaisir, d'autant plus que les corps sont magnifiques. On se serait cru sur l'ile de la tentation ... aie aie aie ... Sexy Copenhague ...

Au camping de Copenhague, j'ai rencontré 2 canadiens. On a bien rigolé pendant la soirée du 1er juillet, qui au passage était le jour de la fête nationale canadienne.

Je suis également allé faire un tour du coté de Christiania, le quartier Hyppie de Copenhague. Un 'essai social' depuis qu'un beau jour de 1971, l'armée quitta un terrain de 22 hectares en plein-centre ville. Très rapidement occupé par des squatteurs et des hippies (bon je raccourci), la mairie décida d'accepter cet état de fait et d'en faire un 'expérience'. Ici, on ne paye pas de loyer, il n'y a pas de voiture. C'est ambiance musique et bien sur, fumette ... A tel point que le gouvernement veut désormais en finir avec Christiania la rebelle ... ce qui entraîne des tensions et des émeutes, même des victimes ...

Je n'ai pas tellement eu le temps de visiter le reste de la ville, mis à part le musée national, énorme et ... gratuit. Ce n'est pas très grave, j'y reviendrai après l'Islande.

Gary.

 
 

ajouter un commentaire - commentaires(1)  
2009-07-01 - de Hambourg a Copenhague
 

Quelques news !

Après Hambourg, j'ai repris la route vers le nord, seul, Adam étant allé sur le chemin du Danemark également, mais par un chemin plus direct. Du coup, tout seul je pédale moins vite car il n'y a plus d'effet d’équipe.

Lorsque je suis arrivé à Flensburg en Allemagne, à la frontière avec le Danemark, ne trouvant pas de camping à proximité, je suis allé à l'auberge de jeunesse. Celle-ci était un peu cher pour mon budget (24 euros) alors j'y ai renoncé et me suis mis en route pour trouver un camping plus loin. En chemin, j'ai perdu ma montre ! Bien décidé à la retrouver, j'ai déambulé, le nez au sol, à la recherche de celle-ci. Puis, fatigué de ne pas la retrouver, j'ai demandé à un passant à vélo s'il savait, par hasard, ou se trouvait le camping le plus proche. Et, O surprise, Christopher (c'est son nom) m'a proposé de dormir sur son canapé histoire d’économiser un peu de sous !

Christopher a 26 ans et est charpentier de formation. Sa copine également. Il a pas mal voyagé et ma montré ses photos de voyages, notamment l'Islande, pour laquelle il m'a donné quelques bons tuyaux. Contrairement à moi, il a détesté la Chine car il s'est fait dépouillé la bas ! Les expériences sont différentes pour chacun ! En tous cas, ce fut vraiment très gentil de sa part de m'offrir l'hospitalité, sans même me connaître.

Le lendemain il m'a indiqué le chemin vers le Danemark. Je suis donc arrivé à Svendborg quelques heures et un ferry plus tard. J'ai mis 2 jours de plus pour arriver à Copenhague, le 1er juillet, d’où j’écris ces mots et ou je dois prendre l'avion samedi direction ... l'Islande.

Gary.


ajouter un commentaire - commentaires(2)  
2009-06-25 - Deux jours à Hambourg
 

A Hambourg, j'ai fait mon touriste ! Je me suis laissé guidé par une guide touristique dans un groupe de plusieurs personnes, et pour cause : c'était gratuit. Visite de 3 heures, assez instructive. Bon j'ai juste eu un peu honte quand il a fallu rémunérer la jeune fille. On donnait ce qu'on voulait. Moi le premier, "bon prince", je donne lui 1,90 euros. Tous les gens qui sont passés derrière lui ont donné 5, 10 voire 20 euros ! Hum ...

J'ai passé 2 heures au musée d'histoire de Hambourg. J'aurai pu y rester 3 heures tellement c'était grand ... J'ai adoré les maquettes de bateaux façon "Master and Commander" et surtout les "East Indiaman", déjà vu à Amsterdam En effet, Hambourg est un port de longue date, des bateaux du monde entier s'y sont arrêté, et les pirates également !

Dans la note précédente je comparais le Hambourg pré-1842 à Amsterdam. Et bien le Hambourg de 2009 a lui aussi son "Red Light District", St Pauli / Reeperbahn, nombreux sex-shop, live show etc ... Pas de vitrine cependant, et c'est assez glauque, beaucoup de marginaux. Un panneau vous rappelle d'ailleurs que les armes à feu, les couteaux et les battes de baseball sont interdits.


Gary


ajouter un commentaire - commentaires(2)  
2009-06-24 - L'histoire d'une ville martyre : Hambourg
 

Hambourg, deuxième plus grande ville d'Allemagne après Berlin et premier port du pays, a connu des moments difficiles.

Avant 1842, Hambourg devait probablement ressembler à Amsterdam. D'ailleurs aujourd'hui encore, dans les parties historiques de la ville, on y observer le même genre de maison : briques rouge, poulies en haut des toits pour monter les marchandises amenées par les bateaux.

Malheureusement, la ville connu 2 évènements désastreux.

En 1842, un grand incendie détruisit une partie de la ville. 10 % des habitants se retrouvèrent sans toit et durent emménager dans des habitations sommaires à l'hygiène déplorable. Conséquence, 50 ans plus tard, une épidémie de choléra frappe la ville.

C'est durant la seconde guerre mondiale qu'Hambourg fut défigurée à jamais.
En juillet 1943, alors que l'Allemagne subit ses premiers revers à l'Est par les troupes soviétiques, les britanniques, eux, revanchards après les bombardements subits sur Londres et Coventry 3 ans plus tôt, envoient des centaines de bombardiers sur Hambourg, réduisant en cendre une grande partie de la ville dans l'incendie qui suivit.

Les ruines de l'église St-Nikolai portent les stigmates de ce bombardement. Le clocher, qui tient toujours debout, a été noirci par la suie. L'église sert aujourd'hui de mémorial contre la guerre et ses atrocités.

Gary

 
     

ajouter un commentaire - commentaires(0)  
2009-06-23 - De Amsterdam à Hambourg - partie 2
 

Le camping de Oldenburg était très bien ! Jolie receptionniste, piscine de 50m gratuite, en plus un couple nous a cuisiné des saucisses peu après notre arrivée, et nous a preté table et chaises ! Et en plus, le soleil remplace la pluie !! Séance bronzage obligatoire.

Le lendemain matin, dans un magasin de camping, j'achète LE TRUC INDISPENSABLE : un matelas gonflable !!! Et oui je dormais à même le sol, dans mon sac de couchage, jusque là ! Le vendeur est ravi de pouvoir pratiquer son français également !
J’achète aussi des chaussures, sèches, à 15 euros aussi car les miennes sont trempées. Ensuite, l'après-midi, on décide de pousser pas trop loin, vers Brême (40 km), qu'on mettra quand même 4h à atteindre !

J'ai tellement bien dormi cette nuit là sur mon matelas ! Je suis reposé et prêt à pédaler les 120 km jusqu'à Hambourg.

Arrivés dans la banlieue de Hambourg, un anglais et son pote allemand nous ont aidé à trouver notre chemin et à emprunter un tunnel qui traverse l'Elbe. Ensuite une dame nous a guidé jusqu'à l'auberge de jeunesse, propre, grande et pas chère ( 13 euros / nuit ).

Voilà, je suis à Hambourg, j'y resterai 2 jours entiers. Vendredi, direction encore plus au nord ... vers le Danemark.

Gary.

 
     

ajouter un commentaire - commentaires(2)  
2009-06-22 - De Amsterdam a Hambourg - partie 1
 

Bien,

Petit retour sur les 6 derniers jours.

Aux dernières nouvelles, j'avais quitté Amsterdam. Cette journée la, j'ai roulé près de 150 Km vers Leeuwarden, au nord des pays-bas. Ne trouvant pas de site de camping, j'ai demandé aux caissières d'un supermarché de m'aiguiller. Elles se sont mises à 3 pour m'aider et m'ont même fait un petit plan pour que j'accède au camping distant de 5 km. Merci mesdames !

A Leeuwarden, R.A.S, c'était juste pour passer la nuit et reprendre mon chemin vers Groningen, plus à l'Ouest. A Groningen, l'ambiance était plutôt sympathique, centre ville animé, marché, musique etc ... Il faut dire que c’était la Cuba Week, une semaine dédiée à Cuba. J'ai donc décidé de rester une journée de plus, le temps d'aller flâner un peu et de visiter le musée et l'Expo sur Cuba. Le prix d'entrée était assez élevée (10 euros) mais ça valait le coût.

De retour au Camping, je rencontre un autre voyageur à vélo, un américain de 29 ans, Adam. Adam compte également se rendre à Hambourg, alors le lendemain matin (Dimanche 21 juin), sous une pluie battante, on met le cap vers Oldenburg en Allemagne, à 132 km de là, première étape vers Hambourg. Pour rire, on parie 20 centimes sur l'heure d'arrivée. Je dis 17h30, il dit 17h42. On arrivera à 17h36, pile poil entre les deux !! Un gérant de cybercafé et un petit groupe de jeunes gens nous y ont guidé par ailleurs. Merci à vous les gars !

...


ajouter un commentaire - commentaires(0)  
2009-06-20 - Merci pour les commentaires !
 

Une petite note de plus pour vous dire merci pour vos commentaires, ca fait plaisir (zizir on dit en 2009 !!).

Je les lis TOUS bien sur et ne vous inquietez pas si je n'y répond pas par e-mail, je les lis et ils me font bien marrer !

A++

Gary@Groningen


ajouter un commentaire - commentaires(1)  
2009-06-18 - Tot Ziens Amsterdam ...
 

Et voila j'ai quitté Amsterdam.

Des photos de cette ville vous en trouverez plein l'Internet, alors je vous mets uniquement les choses un peu insolite, notamment toutes ces maisons qui ont les pilotis qui fatiguent et qui penchent telle la tour de Pise !

Gary.

 
     
 

ajouter un commentaire - commentaires(1)  
2009-06-15 - ... à Amsterdam
 

...

Je déambulait dans les rues, et un peu perdu, je suis tombé sur 2 francais avec une carte d'Amsterdam à la main. Guillaume et Gaetan bossent tous deux en Belgique et son venus passer le week-end. On s'est raconté un peu nos parcours et on est allé boire un verre et visiter le fameux quartier rouge (Red Lights District), là ou les prostituées s'affichent en vitrine. C'est assez surprenant à voir mais ça manque, c'est un comble, totalement de charme.

Ensuite, après avoir mis 3 heures à comprendre que Guillaume ne cherchait pas un Coffee Shop pour boire du café mais pour acheter des joints, on est tombés sur 2 américaines un peu pétées et qui déliraient sur les caniches de Paris, et qui en revenaient, justement, d'un coffee shop ... lequel venait de fermer, comme tous les autres, car ils ferment tous à 1h du matin. Tant pis pour Guillaume !

On s'est laissés vers 2h30 du matin, et là les galères ont commencé. Premièrement je ne savais plus précisément où j'avais laissé mon vélo, et lorsque je l'ai retrouvé 1h plus tard, je ne savais plus où était le site de camping. Pourtant je n'avais rien fumé je le juuuuure !!

Après 2heures de pédalage, j'ai enfin pu revoir ma tente, cuisiner mon repas (à 6h du mat, oui oui ...)et m'endormir 2 petites heures.


Gary@Amsterdam


ajouter un commentaire - commentaires(6)  
2009-06-14 - De Rotterdam ...
 

Des news, des news,

Rotterdam c'était juste une pause, j'ai quand même apprecié pouvoir pratiquer mon chinois une heure durant avec les deux petites dames de la laverie.

Me voici 6 heures plus tard à Amsterdam, capitale de la "débauche" ou de l'amusement selon les points de vue !

J'y suis arrivé en fin d'aprés-midi, samedi 13 Juin. Je dors sur un site de camping à quelques minutes de vélo du centre-ville (Camping Zeeburg), site assez "busy" lui aussi, et où les familles de canards se promènent au milieu des tentes. Camper, ça me permet d’économiser sur le logement et de consacrer une plus grosse part du budget à la découverte d'Amsterdam. Ça à plutôt bien commencé ...


ajouter un commentaire - commentaires(0)  
2009-06-13 - Cycling in the rain ... 3ème partie
 

...

A ROTTERDAM, je ne sais pas ou dormir, mais la chance me sourit. Un habitant qui pédale à coté de moi remarques mes sacoches et me guide vers une auberge de jeunesse qu'il connaît bien. Christian m'emmènes ensuite assister à une "PARADE", un ensemble de plusieurs petites scènes de concert (il est ingénieur du son), me présente quelques-uns de ses amis et ensuite me fait découvrir son restaurant chinois préféré. Il me trouve aussi un endroit ou je peux laisser mon vélo en sécurité. Je retourne à l'auberge vers 3h du matin, épuisé. L'un des camarades de chambre ronfle, fort même, mais après une telle journée, ça ne m’empêchera pas de dormir ...


Gary.


ajouter un commentaire - commentaires(2)  
2009-06-12 - Cycling in the rain ... 2ème partie
 

...

Le lendemain matin, je déambule dans Goes, et un marchand d'un magasin avec qui je discute une vingtaine de minutes, m'offre un spray qui rend étanche, après que j'ai évoqué les fuites de ma tente. Bien, on pourra le tester au prochain camping ...

Je quitte Goes assez tard, vers 14h30, destination ... euh ... je ne sais pas très bien. C'est sous la pluie que je pédale des heures durant, et croise un site de kite-surf. Tous ces cerf-volant forment une jolie parade dans le ciel. Je m'arrête prendre quelques photos et profite de la présence d'un groupe de kite-sufeurs belge pour papoter un peu de leur passion. Il est près de 18h, je "mets les voiles" ... Hélàs, un ENORME nuage noir occupe tout l'horizon. Il se met soudain à pleuvoir des cordes et des grêlons, avec rien autour pour se mettre à l'abri (tout est plat). Le vent est tel que je n'avance presque plus, déporté sur le coté de la route, manquant de tomber plusieurs fois. Je n'avais plus de batterie pour filmer la scène, mais c’était un déluge de fin du monde, sans mentir !!

Tout se calme au bout d'une demi-heure. Je suis trempé jusqu'à l'os, je ne trouve pas de camping à proximité, je veux une auberge de jeunesse, je veux sécher, je veux un bon lit, je veux faire ma lessive ... une seule solution, ROTTERDAM !! Seul problème, c'est à 47 kilomètres, il est déjà 19h45 ! J'y arriverai quand même, 3h plus tard !

...

 
   

ajouter un commentaire - commentaires(0)  
2009-06-11 - Cycling in the rain ... 1ère partie
 

Enfin à Rotterdam !!

Aux dernières nouvelles, je m'appretai à quitter Bruxelles. Ce jour là, j'ai quitté la capitale Belge en fin de matinée, direction la Flandre ...

... And the "most boring city ever" iiiiis ... Anvers ! La capitale flamande, que j'ai atteinte ce jour là en fin de journée était aussi dynamique qu'une limace ! La petite vendeuse de gauffres a bien essayé de me rassurer en me disant que c'était normal car le Lundi c'est "relâche" et que tout irait mieux Mardi ... mais mardi c'était pareil ! Le temps était pourri il est vrai. Cette pluie, incessante a sûrement découragé beaucoup de gens de mettre le nez dehors. Cette pluie finira même par me décourager ...

En effet, c'est sous la pluie que je quitte Anvers, Mercredi 10 juin, direction la Hollande, n'importe quel point de chute conviendra. J'ai mis 2 heures pour quitter Anvers et son énorme port, je croise 2 cyclistes à vélo couché, pas très bavards, et 2 autres qui m'aideront à trouver mon chemin vers le Zeeland, province du Sud de la Hollande, ou se trouvent de nombreux camping et sites de Surf. J'arrive à Goes, petit bourg sympathique, en fin de journée, détrempé et pose ma tente dans un camping près d'un complexe sportif.

La tente justement, parlons-en. C’était bien marqué ETANCHE sur la brochure, non ?? Parce que figurez-vous que dans cette tente, lorsqu'il pleut, si on a soif, y a k'a ouvrir la bouche ! L'eau passe par les "fenêtres", quelques-gouttes, pas grand-chose mais suffisamment pour m'agacer. D'autant plus que mes affaires sont déjà tout trempées, le sac de couchage commence à l’être.

...


ajouter un commentaire - commentaires(5)  
2009-06-08 - Bye Bye Manneken-Pis
 

Bien, après 3 jours passés dans la capitale Belge, il est temps d'aller vers d'autres destinations. Je retiendrai de cette escapade en terre Bruxelloise, Flora la canadienne et son tiramisu menthe citron, Lemi la japonaise qui a appris le français en 6 mois, Omar el mexicano qui a entendu un fantome s'asseoir ... sur mon lit !! et 2 fois même !
La feria organisée près de l'Atomium et la Fête de l'environnement au parc du cinquantenaire étaient sympa. A cette dernière, j'ai eu un petit débat écolo avec une jeune femme a un stand, elle m'a remis le prix du "voyageur responsable". On verra bien, dans les semaines qui viennent, si c'est vrai ...

Allez, on pédale ...

Gary.

 
 

ajouter un commentaire - commentaires(7)  
2009-06-05 - Au pays des moules frites ...
 

Enfin !!

Après 420 km de pédalage, j'ai atteint Bruxelles le jeudi 04 Juin 2009. Ce fut bien plus difficile qu'escompté, Eole m'ayant joué un sale tour ... J'ai en effet du lutter contre les vents durant le trajet dans le nord de la France (Picardie, Nord) ... Ces efforts ne furent pas vains cela dit !

Petit récapitulatif des 5 premiers jours, en version courte, de Paris à Bruxelles:

Jour 1: Il est 7h45 du matin, Boulevard Davout dans le XXème arrondissement de Paris; je chevauche mon vélo, chargé comme une mule, et prend une dernière respiration (façon de parler, je ne vais pas en Islande en apnée). Je m'élance direction le canal de l'Ourcq, dont la piste cyclable m'emmènera jusqu'à Pierrefonds après 8h d'effort.

En effet, j'ai un vent de face permanent, avec aucun relief pour m'en protéger. Je fais des "excès de lenteur" à 10km/h ! Dans l'après midi, fatigué et heureux d'être en vie après avoir du rouler sur la Nationale 2 (car la Départemental 136 était fermée) et m'être fait frôler par X voitures-fusée à 150km/h sur des portions limitées à 90, je demande à un habitant du coin où se trouve le camping le plus proche. Il m'indique Pierrefonds. J'y découvrirai un petit bourg dont le joli Chateau reconstitué provoque un certain attrait touristique, et, cherry on the cake, le camping ne coute que 3,70 euros la nuit ! La gérante de ce dernier m'indique qu'il ya un camping à St-Quentin également, ce sera mon objectif du lendemain ...

Jour 2: Visite du Château le matin, et pédalage l'après-midi. Vers 14h, je m'arrête à Blérancourt pour une pause déjeuner. Une famille prépare un barbecue juste en face. Franck, Sophie et leur deux enfants, m'offrent de me remplir mes gourdes d'eau et me préparent un sandwich merguez qui est le bienvenu ! Merci encore à la famille Ca*** pour cet accueil !!

J'arrive à St-Quentin dans la soirée, exténué par les vents et me dirige vers le camping municipal. J'y trouve effectivement un camping, mais fermé. La dame du gymnase d’à coté m'informe que le camping est <s>à l'abandon</s> "en travaux". Après 1h de recherche, Je dois me rabattre sur un Hôtel au dessus d'un restaurant, ...
(prix de l'Hotel: 17.5 euros).

Jour 3: Balade dans St-Quentin le matin, un bon gros Kebab avec 1 litre d'huile, bien merité, et direction Cambrai, distant de 50 km. Au camping de Cambrai, 2 allemands, Hannah et Uwe m'invitent à les joindre pour jouer à "Mensch ärgere Dich nicht" ("t'en fais pas"), une sorte de jeu des petits chevaux.
(prix du camping: 12 euros).

Jour 4: Matinée Piscine et balade à Cambrai. Hannah et Uwe se rendent à Binche en Belgique. Personnellement je vise Mons, bien qu'Hannah me dise du bien du camping de Binche, mais il est plus loin et je doute pouvoir y arriver avant la nuit, vu l'heure (14h)! A Binche, ils furent surpris de me voir arriver sur mon vélo, 6h plus tard ! On finit la soirée autour d'un brazéro.
(prix du camping: 8 euros).

Jour 5: Je fais mes aurevoir à Hannah et Uwe et pars direction Bruxelles où je resterai plusieurs jours pour bien me reposer. Arrivé à Bruxelles, je galère pour trouver un cybercafé, où je galère pour trouver des infos sur une auberge de jeunesse, que je galère à trouver à vélo et sur laquelle je tombe quasi par hasard alors que j'étais perdu en ville ... Un resto, un ciné, et une galère pour retrouver l'auberge plus tard, un bon gros dodo m'attend.
(prix de l'auberge, 19.40 par nuit, petit déj compris).

Jour 6: Je déambule dans Bruxelles, visite un musée et je trouve un cybercafé, d'où j'écris ces mots. J'espère rencontrer plus de gens plus tard ...

A bientôt.


Gary.

 
Des fois, c'est lui qui pédale.  Couleurs de Basilique ... Achtung ! ein Bunker ! La tente de Hannah et Uwe, la mienne (en orange) et mon vélo. 
Bientôt Bruxelles ... Un tandem belge .... J'ai bronzé !! 

ajouter un commentaire - commentaires(3)  
2009-05-27 - Ma bécane
 

En fait, j'aime bien l'aventure. J'ai déjà eu l'occasion d'entreprendre un voyage à vélo d'1 mois, en Chine, avec un vélo à 300 yuans (et encore, 300 yuans c'est après "tuning". A l'achat il coutait 200 yuans, soit la coquette somme de - accrochez-vous - ... 20 euros ). Et un vélo à 20 euros, c'est déjà l'aventure ... Il n'empêche que ce vélo m'amena à bon port, après un voyage de 1800 km alternant les routes correctes, les routes beaucoup moins correctes, les pas-correctes-du-tout, les nids-de-poule, les chemins "que même le Paris-Roubaix c'est lisse à coté", une roue cassée, 32 crevaisons (en 24 jours de pédalage ... hum ), une gachette de vitesse brisée, une mamie renversée (bon là je plaisante) ... mais arrivé quand même.

Cette fois-ci j'ai investi un minimum, sans pour autant m'offrir ZE baïciqueule.

Le vélo que j'utilise est monté de toutes pièces ! Comme précédemment, il s'agit d'un V.T.T bas de gamme acheté en grande surface ... Il a eu droit à relooking complet : dérailleur arrière, dérailleur avant, roues, freins, gachettes, potence, pignons, chaine, porte-sacoches avant soudés, compteur. J'ai même failli refaire la peinture, mais c'était hors-budget ! Acheté 109 euros, il m'est revenu facilement à 250 euros de plus. Mais l'avantage c'est que je connais chaque pièce de mon vélo. Ca peut-être utile en cas de pépin technique.

Le vélo roule bien. J'ai juste peur qu'il soit un peu lourd. En effet, à Copenhague je n'aurai droit qu'à 20 Kilos de bagage dans l'avion, poids du vélo compris ...

Voyons voir, Le vélo doit bien faire 15 Kilos, la tente + le sac de couchage ça fait 5 kilos ... j'en suis déjà à 20 Kilos, je n'ai même plus de quoi prendre des fringues ! Si vous voyez un jeune homme tout nu sur un vélo passer près de chez vous, ne cherchez plus, c'est moi !

En fait je compte beaucoup sur les 10 kilos de bagages autorisés en cabine. On verra d'ici le 4 juillet (date de mon vol vers l'Islande, depuis Copenhague).

VTT:
Roues: 26 pouces
Pneus: Michelin 1.75
Vitesses: 21
Equipement: Shimano


A suivre ...

 
Ma bécane ! 

ajouter un commentaire - commentaires(3)  
2009-05-26 - Paris - Reykjavyk à vélo
 

Internautes, amis passés, présents et à venir ...

Paris - Reykjavyk à vélo. Un voyage auquel je pense depuis plus de 2 ans. Un périple un peu fou me diriez-vous ...

A l'origine du projet, il y a une île qui fait rêver : l'Islande. Ses geysers, ses paysages magnifiques... Je ne les ai vus que sur papier glacé, pour l'instant. Pour les admirer de près, je veux m'y rendre.

Mon premier voyage à vélo, c'était en 2007, en Chine. Je voulais un moyen de transport propre, permettant de sortir des sentiers battus, garantissant indépendance, proximité avec les gens et représentant également un certain défi, sans être trop lent. Le vélo s'est vite avéré une très bonne option.

Pour 2009, j'avais prévu un grand tour d'Europe du nord: passer par le royaume uni, prendre un ferry depuis l'Ecosse jusqu'aux îles feroé, puis en Islande par bateau. Puis retour via la Norvège, le Danemark ... Malheureusement, la crise de 2008 est passée par là. Il n'y a plus de lignes de ferry entre l'Ecosse et les Féroe.

J'ai alors préféré laisser le Royaume-Uni de coté, sachant qu'il me serait difficile de trouver un billet d'avion a prix abordable entre l'Ecosse et l'Islande. Tant-pis ! La Grande-Bretagne fera l'objet d'un prochain voyage, à deux j'espère, car voyage rime aussi avec partage ...

Je passerai par la Belgique, les Pays-Bas, le nord de l'Allemagne puis le Danemark ... De Copenhague, direction Reykjavyk par avion ...

Gary GABRIEL.


ajouter un commentaire - commentaires(0)  
2009-05-11 - Introduction
 

Bonjour,

Bienvenue sur mon blog. Je l'ai programmé myself ! Oulà n'y voyez aucune vantardise, je travaille depuis des années dans l'informatique, faut bien que ça serve à quelquechose ... Et puis mon travail actuel me laisse beaucoup (trop) de temps libre !

Je vous présente ce que je prépare depuis quelques temps, à savoir un voyage à vélo, de Paris à Reykjavyk, en Islande....

J'espère que vous aimerez, et moi aussi.

Gary.


ajouter un commentaire - commentaires(2)  
Powered by Apache / PHP / MySQL - Designed with Microsoft Notepad - W3C Compliant